Miercuri, 16 August 2017
 

UZTEL S.A. Les coulisses d'une faillite prévue/ EXCLUSIF APH

Written by Administrator  | Created on Thursday, 09 February 2012 20:47  |  Category: Page Française
uztelUne nouvelle victime de l' 'interminable' transaction post-Décembre est, aujourd'hui, la bien connue société productrice d'équipement pétrolier UZTEL S.A. L'entreprise de Ploiesti est arrivée dans la situation de mettre fin, tragiquement, à sa tumultueuse histoire de plus de 100 ans, a cause du Tribunal de Prahova, qui par sa Section 2 Civile Contentieu- Administratif et Fiscal a décidé, le 17 octobre 2011, le démarrage de la procédure de faillite. L'Actualité de Prahova vous révèle, en exclusivité, l'épopée d'un désastre de gestion à la suite duquel plus de 600 employés risquent de rester sur la paille.

La décision du Tribunal de Prahova, par laquelle l'instance commerciale a décidé que la solution unique était de fermer une société qui avait une chiffre d'affaire de dizaines de millions d'euros, représente un dénouement au moins étrange pour une grande entreprise comme UZTEL S.A.. Comment s'est-il passé, tenant compte que l'entreprise de Ploiesti déroule son activité avec plus de 600 employés sur la fiche de paie, ayant des exports dans des dizaines de pays du monde? Quelle a été la raison pour laquelle le magistrat qui a jugé la cause ait prononcé, sans équivoque, la faillite d'une usine qui était chargée d'engagements et de commandes profitables ?

La gestion des dernières années et le chemin vers l'incapacité de paiement

Donc, après avoir résisté aux Américains, aux communistes, mais aussi à la période noire des années '90, UZTEL a été mise au tombeau après la privatisation de grand 'succès' du gouvernement Nastase. En respectant la typologie de la devalisation de tout ce que signifiait, après la Révolution, fabrique privatisée productrice de bénéfices, UZTEL a aussi attrapé le virus le plus dangereux: détournements de fonds.
Des fournisseurs de matières premières ont commencé, autour de l'entreprise, à fourmiller et a vendre tout ce dont elle avait besoin pour dérouler la production en bonnes condition. Pour le prix 'juste', évidemment!
Des sources internes nous ont déclaré que la majorité des fournisseurs de matières premières pour UZTEL étaient l'abri parfait pour la prospérité de certaines personnes employées dans la société sur des postes de direction, certaines ayant même des positions importantes parmi les actionnaires. Parce que, bien sûr, l'entreprise appartient aux ouvriers, possesseurs des pourcentages insignifiants de l'entier des actions, mais la plupart reste dans les mains des garçons intelligents.

Le schéma classique pour faire de l'argent

Le schéma des contrats 'en famille' est simple : un membre de l'actionnariat UZTEL fonde une firme. L'actionnaire est, en outre son poste de gestionnaire de la société, employé UZTEL. La société fondée vend, par hasard bien sûr, exactement les choses dont l'entreprise productrice d'équipement pétrolier en a besoin.
Le conflit d'intérêts produit des bénéfices pour la société abonnée aux comptes d'UZTEL, mais aussi des pertes pour UZTEL. Parce que, bien sur, les biens vendus a l'entreprise sont acquis à des pris surestimés même trois fois leur valeur du marché. Et parce que chaque firme qui se respecte doit avoir une vue d'ensemble, le petit patron de société, abonné à l'argent d'UZTEL fonde aussi quelques compagnies off-shore, dans des pays à la mode depuis une dizaine d'années : Cayman, Les Iles Vierges, L'état Américain Delaware.
La chaîne trophique de la relation immorale avec le budget UZTEL est continuée : la nouvelle société vend surestimé de la matière première pour UZTEL, UZTEL est à bout de souffle mais en achète, puis vend la matière finie à un prix sous-estimé vers des sociétés off-shore à des prix sous celui de production. Tout le monde gagne avec une exception : UZTEL qui en 2010, après une gestion 'parfaite' de l'ancien conseil d'administration, est entre en incapacité de paiement.
Un seul exemple maintenant, mais à l'avenir nous reviendrons avec des données plus détaillées liées au circuit de la devalisation : l'entreprise détient , actuellement des stocks de roulements acquis de l'une des firmes partenaires, environ 25 000 unités. La commande était au début une quantité beaucoup plus élevée. Selon les données obtenues de l'intérieur, UZTEL n'utiliserait pas une quantité de plus de 1000 -2000 roulements par an. En échange, l'ancienne administration a été très prévoyante : elle a acquis plus de 35 000 unités d'un coup, devinant, probablement, une crise mondiale de roulements dans un proche avenir.

D'après ce modèle, la société a fonctionne jusqu'en 2010 lorsque l'ancien conseil d'administration s'est présenté devant le tribunal pour demander l'insolvabilité. Les dettes d'UZTEL ne pouvaient plus être payées, la société ne pouvant plus fonctionner.

Audit sans droit d'appel

Un rapport d'audit réalisé a UZTEL pour l'année 2010 montre que 39% du chiffre d'affaire s'est déroulé par des sociétés affiliées à l'entreprise.

Cliquez ICI pour l'article entier.